Loading..

Thy-Marcinelle S.A.

SITE DE PRODUCTION

Dans la région de Charleroi, au milieu du 18ème siècle, des gisements de minérai de fer furent découverts et en 1763 fut construit à Thy le Chàteau, à 20 km du chef-lieu, un haut fourneau alimenté par le charbon de bois tiré des bois de la région. La force motrice etait alors fournie par le fleuve Thyria.

 

Naissaient ainsi les Forges et Fonderies de Thy Ie Chàteau.

Après 1845 les Forges furent reprises par la société Eugène Riche & Cie, concessionaire du chemin de fer qui reliait Charleroi à Vireux, et furent construits alors deux hauts fourneaux à coke, cinq fours de réchauffe et un laminoir, qui permettaient de produire 10.000 t par an de rails et des fers marchands.

 

Durant la seconde moitié des années 1800, la fabrication du fer au moyen du «puddelage» fut remplacée par la fabrication de l'acier par le procédé Bessemer et, par la suite, par le procédé Thomas, ce dernier mis au point pour pouvoir affiner de la fonte provenant de minéraux à haute concentration en phosphore.

 

Ce fut finalement en 1878 à Thy le Château que Thomas réussit à obtenir un des premiers succès industriels. La disponibilité de gisements de charbon dans la region et de cours d'eau navigables pour le transport de matières premières favorisa la construction d'une cokerie à Marcinelle, où entrèrent en fonction également deux hauts fourneaux à coke entre 1863 et 1872.

 

En 1888 les Forges et Fonderies de Thy le Chàteau fusionnèrent avec les Usines du Midi de Marcinelle, en donnant naissance aux Hauts Fourneaux, Forges et Aciéries de Thy le Château et Marcinelle; avant la fin du siècle, toutes les installations furent concentrées à Marcinelle.

 

Pendant les deux guerres mondiales l'entreprise subit de graves dommages mais fut toujours reconstruite.

En 1962 elle prit la dénomination Thy Marcinelle et en 1966 elle s'unit avec les Aciéries et Minières de la Sambre,devenant ainsi Thy Marcinelle et Monceau (TMM).

 

En 1980 TMM fut absorbée par HainautSambre, qui en 1981 s'unit à son tour avec Cockerill, donnant naissance à Cockerill-Sambre.

L'installation à cycle intégral de Marcinelle produisait environ 2 millions de tonnes d’acier par an, dont 65% étaient destinés à la production de coils, le reste étant destiné aux produits longs.

 

Ces derniers étaient produits dans le train moderne de laminage n°3 inauguré en 1971: une installation multiligne, polyvalente, composée de 27 cages au total et capable de produire du rond pour béton armé, des laminés marchands et du fil machine.

 

Les deux lignes du laminoir travaillaient en parallèle ou en série, selon la necessité, avec une extrême flexibilité : on pouvait ainsi passer sans interruption d'un programme de production à l'autre avec des temps de changement d’outillage très réduits, selon les exigences de programmation, et faire face à d’ éventuels inconvenients sans interrompre le fonctionnement. En 1988, Cockerill-Sambre décida d'abandonner la production des produits longs, en concentrant son activité sur le secteur des tôles.

 

Le groupe Riva proposa de reprendre le laminoir n°3, qui était physiquement séparé du reste du site par la Sambre, et décida de construire une nouvelle aciérie pour l'alimenter, avec un investissement d'environ 4 milliards de francs belges.

Il fut ainsi évité le démantèlement d'une installation encore valide qui, remise en condition compétitive, permit de sauver environ 200 postes de travail.

 

Années 90

L'usine de Thy Marcinelle produit principalement du fil machine avec un diamètre allant jusqu'à 16 mm en acier avec basse teneur en carbone, ainsi que du rond pour béton armé à haute adhérence en bobines et, en quantité limitée, du rond pour béton armé en barres.

 

Les demi-produits qui alimentent le train de laminage sont en majorité fabriqués sur place et seulement une quantité mineure, provenant du cycle intégral, est achetée. Le laminage est effectué seulement sur commande, avec une rotation rapide du programme de façon à diminuer le stock.

 

Le rond pour béton armé est homologué en Belgique, Allemagne, France, Hollande, Suisse et Suède. Les marchés alimentés sont ceux de l'Europe, de l'Amérique du nord et du sud, de l'Afrique, du Moyen Orient, de la Chine et de l'Oceanie.


Les clients sont producteurs de treillis électrosoudés, fils tréfilés, électrodes (électrodes revêtus et fils pour soudure), laine d'acier, laminage à froid et autres produits réalisables à partir du fil tréfilé.
L'établissement dispose d'un parc à ferrailles en mesure d'être approvisionné par chemin de fer, camion et voie d'eau.

La nouvelle aciérie comprend un très récent four électrique situé à l'intérieur d'une dog-house, un four-poche, une coulée continue, une installation d’épuration des fumées et de traitement des poussières recoltées, une installation de traitement des eaux de l'aciérie et du laminoir permettant de travailler en circuit fermé.
Le laminoir est doté d'un train de laminage pour barres et fil machine en bobines.

Après un four poussant et un train degrossiseur, sont installées deux lignes separées, un train finisseur, un refroidissoir pour les barres, une installation pour la coupe à mesure et le ligaturage automatique.

Trois halls de stockage de produit fini permettent le chargement sur des péniches et camions.

Un laboratoire d'essais mécaniques et métallographiques permet d'exécuter les contrôles adéquats sur le produit fini; en outre l'aciérie dispose de deux spectromètres à étinclle pour les contrôles analytiques en phase de fabrication.

 

Rubriques connexes

Ce site n’utilise pas de cookies de profilage pour tracer le comportement des utilisateurs et autorise l’envoi de cookies de tiers à des fins statistiques exclusivement. En poursuivant la navigation ou en fermant ce bandeau, vous déclarez accepter notre politique de gestion des cookies dans son intégralité.